AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Anatemnein -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Erzebeth Silvestrov
Asche zu Asche.
avatar
» Messages : 2
» Date d'inscription : 03/05/2013
» Statut social : Confidente mortuaire.
» Orientation sexuelle : Hétérosexuelle.
» Péché mignon : Le poker.

MessageSujet: Anatemnein -   Dim 5 Mai - 16:14

Invisible like a monster
Nom ▬ Silvestrov.
Prénoms ▬ Erzebeth Nikolaïevna.
Surnom ▬ Beth.
Âge ▬ Vingt-neuf ans.
Origine ▬ Russe.
Études/métier ▬ Médecin légiste.
Orientation sexuelle ▬ Hétérosexuelle.
Groupe ▬ Heart.
DonAucun.

Physique
Gris ▬ Noirs ▬ 1m86 ▬ Plume

Description Physique ▬ Le Tyran du Corps.

Délire anatomique.
Les centimètres s'empilent. Ils sont beaucoup, et ils ne se tassent pas. Non, ils s'étirent. Il y en a au total, cent quatre vingt six. Oui, ça fait beaucoup. Cent quatre vingt six pauvre centimètres étendus sur une masse sans absolument aucune particule de graisse. Aucune particule de rien, en fait. Beth n'a que des os, et un peu de muscles. Une perche modèle géant. Stature fine ajoutée à un peu d'anorexie, parsemée sur un corps fragile et quasiment inactif.
De la poussière dans les yeux.
Deux petites iris. Sans couleur. Juste du gris. Un gris cendreux, comme l'on avait manuellement injecté ses yeux avec de la cendre. Regard hypnotique, parfois, elle ressemble à une image d'ancienne télévision, en noir et blanc. Son œil gauche possède un cercle de noir intense autour de l'iris. Deux petites braises éteintes à la place des prunelles.
Du goudron dans les cheveux.
Longs. La moitié d'elle-même. Ses cheveux raides, parfois ondulés, s'étendent dans son dos, inlassablement, et d'une perfection outrageuse. Noir, sans aucune parcelle de couleur autre. Entre la finesse et l'épaisseur, ils se glissent partout. Dans le creux de sa nuque, entre ses épaules, cachent sa poitrine presque inexistante, effleurent la peau froide son ventre. Un manteau naturel.
Du sang sur les mains.
Rouge. Bordeaux. Pourpre. Beth porte toujours quelque chose de rouge. Le plus souvent, une écharpe qui ne la quitte presque jamais. Autrement, elle aura toujours du rouge. Allant du blouson en cuir, jusqu'aux chaussettes. Ses rangements de vêtements sont remplis de rouge à ras-bord.
Un peu de douleur, dans le creux des reins.

Caractère
Logique ▬ Tolérante ▬ Lucide ▬ Acharnée ▬ Intelligente
Désagréable ▬ Défaitiste ▬ Naïve ▬ Contradictoire ▬ Autodestructrice.

Description Morale ▬ Ci-joint, un enregistrement vocal, fait via un magnétophone, par G. Faust.

Beth, c'était quelque chose. Non, pas quelqu'un. Elle est pas humaine, ça je le sais. Dans sa tête, il y a des tas d'engrenages. Tout son mental, tout son caractère, sont réunis en un mécanisme géant. Les choses s'engendrent, s'attirent et se repoussent. J'y ai longtemps réfléchi, je l'ai étudié à ma façon. J'ai cherché à comprendre le monstre qui dormait dans son crâne. A travers ses yeux de cendre j'ai essayé de lire. Je crois que c'est son père qui a fait déconner le système. Il a fait quelque chose qui, dans sa tête, a planté une barre en métal en plein dans les engrenages. Depuis, tout part complètement en sucettes. C'est dingue l'influence que ça peut avoir un père. Bref.

Je suis pas sûre, mais j'ai l'impression qu'il y a deux sortes de mécanismes dans sa tête. Un mécanisme de la réalité, avec les choses réelles, les choses terre à terre. Son boulot, son entourage, le bordel dans son appartement. Ce genre de chose. Puis, un mécanisme des choses moins réelles. Elle a toujours été à la fois naïve et lucide, et ces deux mécanismes représentent très bien ce fait.

Et là où son père a foutu son pied de biche, c'est dans l'engrenage des rêves, des idées d'enfant, des illusions, des impressions puisées dans l'innocence. Il a tout bousillé trop tôt, et ça a provoqué des bugs dans l'engrenage Réalité. C'est ce que j'ai cru constater, comprendre. Mais je suis quasiment sûre que c'est ça. Bon, j'ai absolument aucune idée de ce qu'il y a pu avoir dans son enfance. Peut-être qu'en fait elle a eu une vie normale, et c'est juste elle qui est complètement fêlée de la cafetière. Qui sait, en plus ça lui irait bien. Mais ça me paraît quand même gros.

Bon, je devais parler de quoi ensuite ? Quelques bruits de papiers sont audibles. Ah oui, l'autodestruction. Hum... Comment dire.. Disons qu'en plus d'avoir des soucis techniques dans son petit crâne, elle a un corps complètement défoncé. Alors les deux mélangés, ça provoque forcément des trucs pas très sains. D'abord l'anorexie... Déjà qu'elle a une morphologie « taille de guêpe » comme moi, elle mange quasiment pas, et dès qu'elle dépasse un certain seuil de nourriture, elle dégueule tout. Forcément, entre vomir sa vie ou rien manger, le choix est vite fait. Comme Beth a des obsessions un peu bizarres, elle a finit par élaborer des théories sur le vide, pour justifier son anorexie. Elle prétend qu'elle sait ce qu'elle fait, qu'elle va bien, qu'elle est habituée. Elle ment.

Tiens d'ailleurs, ça m'étonnerait pas qu'elle soit un peu mythomane, mais envers elle-même.

Donc je disais. L'anorexie, et d'autres conneries du genre. Elle se drogue pas, elle fume juste, des cigarettes industrielles. Elle ne boit pas d'alcool, avec l'état de son estomac et de son foie, ce serait vraiment débile. Je sais qu'elle boit du soda à outrance. Du.. Coca cola je crois, un truc à base de caféine et de pleins d'autres saloperies. Coca et cigarettes, c'est deux choses dont elle se passe pas.

Je m'égare un peu, mais il y a tellement de trucs à dire sur elle que bon... Je vais passer à toutes ses manies, qui sont presque innombrables tellement elle en a. Mais il y en a une qui m'a toujours fait marrer, elle adore passer un peu de sa langue entre ses deux incisives. Oui parce qu'elle a les dents du bonheur – et ça lui va sublimement bien. Sinon, elle a toujours du rouge sur elle. Peut-être que c'est son côté russe qui ressort, je sais pas...

Elle adore le Poker. Pas besoin de mettre de l'argent ou quoi que ce soit en jeu, elle peut y jouer des heures sans rien gagner. Elle n'est pas adepte du strip poker pour autant hein...
Les poupées, c'est un peu sa bête noire, bizarre pour une légiste, j'ai aucune explication.
Elle a un chat qu'elle considère à moitié comme un dieu. Il s'appelle Scarsamente, et il est aussi noir que ses cheveux. C'est un chat d'appartement, mais très farouche entre des mains qui ne sont pas celles de Beth.
Elle n'aime pas trop le feu. Pourtant elle fume, mais ce sont les grands brasiers qui l'i... Bruits de grésillements, coupure de l'enregistrement.

Histoire
Elle était née, une nuit. Vingt-quatre octobre, par un automne glacial. L'annonce d'un hiver rude. Elle était née, alors que le corps de Mata s'était battu contre lui-même pendant neuf mois. Semblant ne pas vouloir de cette petite chose qui grandissait. Il avait tout essayé, contre la volonté de Mata. Il l'avait rendu malade. Malade à en mourir. Mais un soir, la réalité l'avait frappé. Frappé si fort que Mata en avait pleuré toute la nuit, dans la grande salle de bain. La lumière blanche passait à travers l'embrasure de la porte, et Erzebeth avait entendu. Pendant les longues heures où Mata avait pleuré, elle avait écouté.

Mais le jour que le corps de Mata redoutait arriva. De son ventre énorme, était sortie une poupée. Elle ressemblait tellement à Erzebeth, que la petite crut d'abord que sa mère avait fabriqué une poupée pour la représenter. L'esprit de l'enfant était empli de rêves et d'illusion. Si fortes et inébranlables que même Mata n'essayait pas de les contre-dire. Alors, Carole était née. Elle devint aussitôt la poupée de l'aînée. Elle la veillait, la nourrissait, la berçait. C'était une poupée si réelle que lorsqu'elle posait l'oreille contre son minuscule torse, elle sentait son cœur battre.

Oh, que Dieu soit témoin de l'amour démesuré qu'Erzebeth portait à Carole. Elle l'aimait tant. Elle était si proche d'elle, si semblable. Dans ses petites oreilles, la nuit, elle susurrait ses rêves, ses peurs, ses cauchemars, ses idées. Carole clignait des yeux dans l'obscurité, et personne ne savait ce qui se déroulait dans l'esprit poupin de l'enfant. Carole ne parla jamais. Même lorsque l'âge indiquait cette capacité, elle ne prononça jamais un mot. Cette attitude ne fit que confirmer à Erzebeth qu'elle avait beau être réel, elle n'était qu'une poupée. La réalité avait toujours porté un voile, dans l'esprit de l'aînée.

Mata demeurait dans la grande cave du manoir, à travailler. Erzebeth savait ce qu'elle faisait. Elle vidait et remplissait des poupées. Elle préservait leur plastique, elle les embellissait. Un jour elle avait remarqué que les poupées finissaient par partir. Emballées dans un cercueil, qu'apportaient des visages pâles et tristes. Ce spectacle était étranger, l'aînée ne comprenait pas. Lorsque les gens tristes partaient, elle regardait Carole, et la serrait contre elle, terrifiée à l'idée qu'elle disparaisse.

Il y avait Père aussi. Mata avait dit qu'avant, il était un grand soldat. Le Maréchal Nikola Silvestrov était un homme froid, dur. Sévère. Avec une ombre gigantesque, qu'elle semblait avaler toute vie avec les ténèbres. Pourtant, il arrivait que lorsque ses yeux se posent sur Carole, son regard s'adoucisse. Il appréciait son silence. Il appréciait son état de poupée. Erzebeth ne parlait pas quand il était là, dans l'espoir qu'il l'aime elle aussi. Mais elle n'était pas une poupée...

Arriva un jour, dans cette Russie aux habitudes froides, où le soleil fut assez chaud, pour qu'Erzebeth puisse se baigner. Elle emmena en cachette Carole, qui devait rester à la maison, selon les ordres de Père et Mata. Mais ils étaient occupé. Mata travaillait, et Père écrivait. Alors l'aînée avait prit la poupée contre son cœur et avait couru vers l'étang. Elle s'était déshabillée, puis avait déshabillé Carole. Glissant dans l'eau en toute confiance, Erzebeth tourna le dos, quelques pauvres secondes, observant l'horizon. Seulement. Quelques. Secondes. Elle sentit alors une main sur sa cheville, qui tirait. Carole coulait. Elle plongea pour la rattraper et la sortir de l'eau.

Quelque chose la secouait de l'intérieur. Elle s'était accrochée à elle ?... Mais bien vite, ce petit fait lui parut insignifiant, comparé à l'état de la poupée. L'eau semblait avoir engourdi tout son corps. Elle était lourde et molle. Froide, et inerte. Inquiète, recouvrant son corps trempé de sa robe noire, oubliant celle de Carole, elle courut jusqu'à la maison. Ses lèvres tremblaient, elle avait froid.

De retour dans le grand manoir, elle ne comprit plus rien. Mata pleurait, Père la frappait.
Pourquoi les murs pleuraient-ils sur le corps pâle de la petite poupée ?
L'eau était-elle si meurtrière ? Ou peut-être n'était-ce pas l'eau...

* * *
Des fois, j'essaye de me souvenir de mon enfance, avant mes quatorze ans. Mais je n'y arrive pas. Je me heurte à un mur noir, qui s'étend sur toute cette partie de ma vie. Je me souviens seulement des années que j'ai passé dans l'ombre de mon père et de ses mains qui parfois me brisaient quelques os ou fendaient ma peau. Il m'en a toujours voulu, mais je n'ai jamais su pourquoi. Enfin, je n'ai jamais réussi à me souvenir de pourquoi il m'en voulait. Quand j'étais vraiment petite, j'ai fais quelque chose. Un truc horrible. Mais impossible de savoir quoi... C'est à devenir barge.

Père disait que je l'étais. Folle. Quand il s'énervait sur moi, il me le hurlait. Il me disait que j'avais tout détruit à cause des choses dans ma tête. J'ai essayé de me souvenir, j'ai fais un travail sur moi-même pendant longtemps, mais je suis tombée malade. C'était avant que je vienne vivre dans cette ville paumée, que j'aille en médecine et que je devienne légiste ça. J'avais quinze ans je crois. J'avais passé des heures enfermées à réfléchir, à penser. Pour trouver, pour retrouver la mémoire.

Et un jour, je m'étais effondrée. J'ai eu une fièvre de cheval, mes os me faisaient mal. Je vomissais quasiment tout ce que je mangeais, j'arrivais à peine à tolérer l'eau. Je devais manger pour prendre les médicaments, mais je vomissais tout le temps. Je suis restée alitée pendant longtemps. Deux ans, peut-être. Deux ans à l'hôpital, toujours en Russie. Je délirais à cause de la fièvre, je partais dans des monologues nocturnes complètement flippant. Mon infirmière « en chef » a dit que je parlais souvent d'une poupée que j'avais perdu dans un incendie. Mais ça me gênait mentalement, alors elle ne m'en parlait plus après. Pendant ces deux années, mon corps s'est fragilisé. J'ai les os qui déconnent de partout, ma colonne vertébrale sort presque de mon dos, tous mes os craquent au moindre mouvement. Je suis un vrai squelette ambulant. Et toujours pas moyen de me souvenir.

Tant pis. De toutes façons mon père je sais pas ce qu'il est devenu. Il est restée dans sa Russie. Avec son titre et ses souvenirs, ses regrets peut-être. Sa haine, sa rancune envers moi. Quand je suis sortie de l'hôpital j'étais pas encore majeur, j'ai passé une année dans un internat et je suis partie. J'en avais marre de mon pays. Il me manque maintenant, mais je sais que si j'y retourne je vais sombrer. J'ai pris mon peu d'affaires, j'ai pillé un peu l'argent de mon père, et je me suis installée dans cette ville perdue. Manque de chance, il y a des mutants dedans, comme moi. Bon tant pis.

J'ai Scar qui me protège maintenant. Plus rien à craindre.

Pseudo

Age ▬ 16 ans
Rang personnalisé ▬ Asche zu Asche. (Le comble pour une russe, d'avoir un rang en allemand).
Avatar ▬ Dessin (NanFe, tumblr)
Comment as-tu connu le forum ▬ Lawson
Code règlement
Remarque ▬ Je suis un raton laveur
Des images à créditer ▬ Toutes mes images proviennent de la même artiste.

_________________

    « Quel sinistre corps, la veuve se pleure d'un organe perdu. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kendall L. Reagan
Plume d'un ange déchu
avatar
» Messages : 213
» Date d'inscription : 18/07/2012
» Statut social : Détective Privée || Journaliste
» Orientation sexuelle : Hétérosexuelle
» Péché mignon : Le bleu

MessageSujet: Re: Anatemnein -   Lun 6 Mai - 14:12

BIENVENUE ERZE ♥
Je suis contente que tu sois là ;A; Alors j'aime beaucoup ton personnage et j'adore ta fiche ! Alors je te valide sans plus tarder *^*



Tu peux faire ta fiche de lien et -surtout- commencer à rp ♥

_________________
UC » #31859B
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aparecium.forums-actifs.com/
 

Anatemnein -

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monochrome Night :: Avant de commencer... :: Examen civil. :: Les fiches validées-