AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Give me back my heart » Daemon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
» Messages : 62
» Date d'inscription : 29/08/2012

MessageSujet: Give me back my heart » Daemon   Mer 29 Aoû - 23:55

Daemon Leonhart
Nom ▬ Leonhart. Mais j'aime de moins en moins ce nom, le porter m'est de plus en plus difficile...
Prénom(s) ▬ Daemon. Je pense que mes parents étaient un peu à côté de la plaque... Ou médium. Ca me fait penser à Démon.
Surnom(s) ▬ Dae. Light, mais seulement par lui.
Âge ▬ 18 ans.
Origine ▬ Australienne
Études/métier ▬ Je suis mécanicien dans un garage en sortie de la ville.
Orientation sexuelle ▬ J'aime les femmes, les vraies. Avec ce qu'il faut là ou il faut. Je suis incapable d'être fidèle à une seule femme.
Groupe ▬ Diamond
Don ▬ Je suis pyropathe… J’ai le pouvoir de créer et contrôler le feu. Enfin contrôler… encore faudrait-il que je réussisse à me contrôler moi-même. J’adore le feu mais il me fait peur. Et comme mon pouvoir se déclenche tout seul quand je ressens une forte sensation, il faut que j’arrive à contrôler mes émotions. Ce qui, entre nous, n’est pas chose aisée. Quand mon pouvoir se déclenche, il peut arriver que je me retrouve avec des cloques sur les mains. C’est ce qu’il s’est passé quand j’ai… brûler mon frère. Le lendemain, dans l’avion, je me suis rendu compte que ma main droite portait trois cloque au bout des trois plus grands doigts. Elles sont maintenant disparues mais elles m’ont fait souffrir pendant des jours. Et pas que physiquement.

Physique
Rouges ▬ Rouges ▬ 1m85 ▬ 82kg

Description Physique ▬ « Me décrire ? Je ne pense pas avoir que ça à faire. » Lâcha le jeune homme d’un ton froid en prenant un vieux journal. « Si vous voulez tout savoir de moi fouinez là-dedans.»
    Août 2007, Camberra.

    • Nous parlerons aujourd’hui d’un petit prodige sportif ! Né un 25 décembre 1994, Daemon Leonhart est un jeune homme de 13 ans qui possède une carrure assez impressionnante. Il mesure près d’un mètre quatre-vingt-cinq pour quatre-vingt-deux kilos de muscles. Inutile de vous dire que votre mètre soixante-quinze passes inaperçu à côté de ce colosse. C’est d’ailleurs ainsi qu’il est appelé dans le monde sportif. Le Colosse. Il est reconnaissable entre mille grâce à sa chevelure flamboyante. Elle est, ni plus ni moins, d’un rouge un peu foncé qui vous rendra d’abords perplexe. Et on sait de sources sûres que c’est sa couleur naturelle. Quand il marche, Daemon adopte une démarche fière et sûre d’elle, une démarche assurée et volontaire qui inspire du respect au premier coup d’œil. Et puis il arrive vers vous et vous pouvez distingués ses traits. Il n’a rien d’un visage féminin, ses traits sont anguleux et régulier. Son nez est droit et fin et ses yeux en noisette de la même couleur que ses cheveux nous regardent toujours d’un air dur, désabusé. Sa bouche est plutôt banale, elle est fine et s’ouvre sur une dentition parfaite. Lorsqu’il sourit vraiment ses yeux peuvent pétiller et donner une allure vive à son regard. Il peut ne pas se raser pendant plusieurs jours mais finit toujours par le faire quand ça devient broussailleux. Le mal rasé lui va bien, la barbe absolument pas. Sa peau est veloutée, d’une couleur d’un caramel pâle qu’il a obtenu en s’entrainant au soleil presque tous les jours.

    Quand vous êtes près de lui, vous avez chaud. Non pas qu’il soit si beau que vos hormones s’échauffe mais sa température corporelle est incroyablement chaude. Daemon possède également un tatouage dans le bas du dos, elle représente une le symbole élémentaire du feu. Une flamme dans un cercle noir avec un caractère asiatique. Daemon possède également une chaîne autour du cou. Une chaîne au bout de laquelle pendouille un anneau. On ne sait pas d’où il vient, peut-être s’est-il engagé avec une jeune femme ? Au niveau de son style vestimentaire, nos équipe l’ont suivi quelques jours et ont remarqué qu’il ne portait rien d’extravagant. Des joggings Décathlon, des tee-shirts blancs pour courir. Pour la vie de tous les jours, un simple modèle de jean en plusieurs couleurs et des tee-shirts plus souvent noir blanc ou rouges.

    Voilà, c’était le portrait de Daemon Leonhart, petit prodige de l’athlétisme !
« Ca vous suffit ? » lâcha le jeune homme d’un ton agacé.

Caractère

Description Morale ▬ Comment décrire le caractère de ce jeune homme ? Il est… flamboyant. Daemon à toujours besoin d’avoir de l’attention autour de lui. C’est quelqu’un de charismatique et, quand il parle, on l’écoute. Mais dès que quelqu’un lui pique la vedette, il devient ronchon.

Son caractère à quelque peu changer depuis son arrivée à Olstread et son « insertion ». Libéré de son précieux frère, Daemon est devenu plus ouvert. Il a extrêmement peur de son don alors il prend des séances de psychanalyse pour calmer son agressivité. Il ne contrôle pas son pouvoir mais sait qu’il se déclenche lorsqu’il s’énerve ou ressent une sensation forte. Alors il faut qu’il se calme. Mais son caractère impulsif est tout de même bien ancré dans sa personnalité et il a du mal à s’en défaire. Ça ne fait que deux mois, il finira bien par atteindre son but.

Mise à part ces petits soucis, Daemon est une personne qui n’est pas tellement fréquentable. Il fait partit du Chaos et se complait à foutre le bazar un peu partout en ville. Il veut se faire remarquer du grand manitou et fait ce qu’il faut pour. De plus il est narcissique et extrêmement sûr de lui. Il s’aime et le fait savoir. Le pire étant que les femmes lui courent après, ce qui n’aide pas à lui faire dégonfler les chevilles. Ce narcissisme n’est présent que depuis qu’il a quitté l’Australie. Il fait ce qu’il faut pour oublier son frère et à découvert que s’aimer apportait bien plus que ce qu’il n’avait pensé. Il a souvent eu un sentiment d’infériorité face à Angel et se dit que s’il se protège en criant haut et fort qu’il est mieux que personne, ça passera.

Daemon ne reste jamais en couple plus d’un mois. Il n’aime pas ça. Pourtant il se dit bien qu’il finira par trouver The Nana qui lui fera chavirer le cœur un jour. Et il s’est promis que ce jour il serait incroyablement fidèle. Mais en attendant, il s’occupe de toutes les femmes qui s’offrent à lui sans faire de chichis. Daemon aime fumer aussi. Beaucoup. Des Lucky Strike, c’est son péché mignon. Il adore ces clopes et il ne les abandonnerait pour rien au monde. « Je m’écarte pour pas t’importuner avec ma fumée alors laisse-moi fumer en paix. C’est le seul plaisir qui me reste réellement. »

Le jour où il se présentera de nouveau devant son frère ? Il ne sait pas comment il réagira. S’il est partit c’est pour s’éloigner, certes, mais aussi pour le protéger. Parce que mine de rien il est complétement gaga de ce petit frère qui ne l’a jamais abandonné. Il tâchera de se montrer à la hauteur de ce qu’il attend.

Histoire
J’ai souvent entendu que les jumeaux, les vrais, avaient des dons. Qu’ils sentaient quand l’autre allait mal. En général ces jumeaux se ressemblent comme deux gouttes d’eau, font tous ensemble, ont le même caractère… Moi, j’ai rencontré des jumeaux complétements différents. Pourtant, ils étaient bien dans la même poche dans le ventre de leur mère, mais déjà à la naissance, l’un était plus imposant que l’autre. Quand on demanda les prénoms aux parents ils répondirent sans hésiter Daemon et Angel.

Je suis Daemon. Daemon Leonhart.

Mon enfance fut plutôt tranquille. Je vivais près de mon frère, toujours avec lui, et mes parents. Nous avions une maison en bord de mer dans la région de Brisbane et nous vivions heureux. Mon père était un surfeur professionnel à la retraite alors que ma mère, émigrée du royaume d’Angleterre, était une éminente scientifique dans la recherche médicale. Elle voulait absolument soigner les gens et leur faire avoir une vie meilleure. Je l’ai souvent admirée pour ça étant plus jeune. Et je l’admire encore. J’aimais aussi énormément mon père, je me sentais d’ailleurs plus proche de lui que d’elle. J’ai toujours adoré le sport depuis très jeune. Je regardais des compétitions de surf de mon père sur le vieux lecteur cassette du salon en cachette parce que je pensais qu’il se fâcherait. J’aime bien le surf, mais je ne pourrais jamais en faire en compétition. Enfin bref, là n’est pas le sujet.

Angel et moi nous complétion à merveille. Il était de petite taille par rapport à moi, avait un caractère plutôt doux et posé. Moi j’étais impulsif et curieux. Je réussissais à faire toutes les bêtises du monde et à tout lui mettre sur le dos. Je me rappelle d’une fois ou je suis allé dans sa classe. Ils élevaient un petit lapin pour le cours. C’était une façon d’éveiller les enfants à la nature. J’ai ouvert la cage du lapin pour jouer avec. Angel a ouvert la porte de sa classe et la petite bête s’est enfuie. On l’a cherché mais on ne l’avait pas retrouvé. Je n’avais pas pris ma responsabilité. « Il n’avait qu’à pas ouvrir la porte » que j’avais dit. Mais ça n’avait rien changé entre nous. On s’aimait toujours autant et on était toujours fourrés ensemble. A cet âge-là ce genre de petite faute n’avait guère d’importance. Notre amour gémellique était plus fort. On jouait à tout, à rien. Il nous arrivait même de rester juste allongé sur nos lits jumeaux en regardant les petites étoiles que notre mère avait collées au plafond. On grandissait bien, entrant à l’école primaire comme n’importe quel enfant de notre âge.

C’est là qu’on se rendit vraiment compte que le sport c’était plus intéressant que les maths ou le français. Je ne cessais de défier les autres élèves dans la cour. On faisait des courses. Des courses d’enfant « Le première dans le préau à gagner ! ». Je me rappelle d’Angel assit sur un banc à m’encourager. Je ne gagnais pas toujours à cette époque-là, mais je m’amusais. Et c’était peut être le principal. Dans le jardin, on jouait souvent à la balle. Basket, foot, volley. Tout y passait. Je gagnais de temps en temps. Un peu plus que mon frère peut être… Mais lorsqu’on allait à la piscine, jamais je n’avais jamais le dernier mot. Angel était une vraie sirène. Il pouvait rester des heures dans l’eau sans s’en lasser. Et qu’est-ce qu’il avait l’air heureux, un vrai poisson. Je courrais souvent seul dans le jardin pour m’entrainer à être plus fort que les grands de l’école. Et mon père apprit rapidement que nous étions meilleurs en sport. Il nous a toujours encouragé à poursuivre nos rêves. Et j’avais décidé de courir toujours plus vite. Angel demanda à faire de la natation et moi de l’athlétisme. Ni une ni deux notre père nous y inscrit et on commença à vraiment faire du sport. Ca me plaisait et je savais qu’à lui aussi. J’adorais le voir nager et je ne loupais jamais une seule de ses compétitions. On devait avoir neuf ans quand on a commencé. Quelque chose comme ça. Je ne me souviens pas bien, à vrai dire. Papa ne faisait plus grand-chose de ses journées alors il finit par nous entraîner lui-même. Ca n’était pas compliqué de trouver des informations dans des librairies ou à la télévision. Il devint notre coach à tous les deux. Angel nageait dans l’eau pendant que je m’entrainais sur le sable. On n’avait pas tout de suite compris l’intérêt de s’entrainer sur la plage. Maintenant oui. Le terrain étant plus compliqué, on fait plus d’effort. Arrivé sur le goudron, je courrais plus vite et mes mouvements étaient plus vifs. J’étais fier d’être entrainer par mon père. Et c’est pour lui que je gagnais mes courses. Et pour Angel un peu aussi.

Et un jour, ce fut le drame. Un midi, on venait de rentrer en classe, et le directeur vint nous chercher. On n’avait pas compris tout de suite ce qu’il se passait. C’est seulement en voyant notre père en larme dans le bureau du directeur qu’on sut qu’il s’était passé quelque chose. Quelque chose de grave. Maman était morte. Elle avait eu un accident de voiture, percutée par un chauffard. Je crois bien avoir pleuré ce jour-là. Angel aussi. On n’avait jamais vu Papa pleurer. Alors le voir dans cet état pour une nouvelle pareille, c’était trop. On était resté plusieurs minutes dans les bras les uns des autres pour encaisser la nouvelle et se calmer. On avait plus été à l’école jusqu’à l’enterrement. Je me souviens qu’il pleuvait ce jour-là. Elle aimait bien la pluie, Maman.

On se releva, on se relève toujours à cet âge-là. On continua de courir mais on ne le faisait plus pour nous. On le faisait surtout pour elle. Pour que de là-haut, elle soit fière de ses fils. A chaque fois qu’on gagnait une course on levait notre médaille vers le ciel. Personne n’a jamais su pourquoi. Mise à part nous, les Leonhart. Un jour, Papa est arrivé dans le salon. Il tenait une feuille à la main et il avait l’air un peu ailleurs. Il me tendit le papier. C’était une compétition pour les juniors pour la fête des mères. Une compétition ou les enfants devraient se mettre en équipe de deux pour disputer des épreuves d’athlétisme et de natation. Je crois qu’on avait tous été un peu secoué par cette compétition. On devait la gagner, pour elle. Et d’ailleurs on l’a fait, gagner. Le prix était une bague en argent ou était inscrit la date de la compétition. On l’a toujours gardé, comme si elle nous rattachait à elle. Et puis, pour la première fois de notre vie, on avait concouru ensemble. Alors cette bague avait une valeur inestimable à nos yeux. C’était l’année ou l’on avait eu seize ans. J’ai toujours cette bague, je ne peux plus la portée parce qu’elle est trop petite alors j’ai acheté une chaine et je l’ai passée autour de mon cou. Pour qu’elle soit toujours avec moi.

C’est cette année-là que j’eus ma première petite amie. C’était une nageuse qui avait participé à la même compétition qu’Angel dans une autre catégorie. Je l’avais trouvée jolie, sans plus, mais elle m’avait plu. Et je lui avais plu aussi. Je n’ai jamais sur si c’était ma notoriété ou moi qu’elle avait aimé mais finalement je m’en fichais. Cette fille avait tout fait pour me séparer de mon frère et ça, je ne l’avais pas accepté. Je l’avais plaquée comme une merde quatre mois après le début de notre relation et depuis je ne suis plus jamais sortit sérieusement avec une femme. J’avais eu ma « première fois » avec elle. Je crois que je m’étais monté la tête à l’avance parce que ce n’était pas si bien que ça. Mais je m’en fichais, c’est elle qui m’avait un peu forcé la main. Elle me disait que ça nous rapprocherait plus. Foutaise.

Et puis ce fut l’année de nos dix-sept ans…Je crois que j’aurais maudit cette année toute ma vie. Enfin, la fin de l’année. A partir du mois d’Octobre environ. Pourquoi ? C’était très simple. Je m’étais pris à avoir quelques rêves érotique qui me paraissait étrange et immoraux. Ils me mettaient en scène avec Angel entrain d’avoir une relation sexuelle plus que passionnée. Je m’étais réveillé plusieurs fois en sueur, mon entrejambe me faisant mal au possible à cause d’une érection dû à ces rêves. Je me levais toujours pour prendre une douche gelée mais il fallait parfois que je me finisse seul tant l’excitation était intense. Mais si ça n’avait été la faute que de rêve… Je crois que, par deux fois, en me parlant ou me regardant, il m’avait donné une érection. Ça me troublait et me dégoutait à la fois. Je ne pouvais pas avoir ce genre de pensées envers mon frère si pur. J’avais alors commencé à être un peu plus distant. Juste un peu, c’était à peine remarquable.

Et puis, ça arriva. Le second drame de nos vies. C’était une compétition importante. Une qualification pour les Jeux Olympiques à Londres. Une occasion de représenter notre patrie… Angel participait. Il était même donné grand favoris. Pourtant il ne gagna pas. Je me rappel de l’effroi que j’ai ressentis en le voyant s’enfoncer dans les eaux chlorées de la piscine… J’ai cru le perdre à jamais. Pourtant, en sortant, il allait bien. Enfin, il avait perdu connaissance, perdu la plus grande course de sa vie et s’était à moitié ridiculisé devant ses concurrents mais il était en vie. Et c’était tout ce qui comptait à mes yeux, oubliant mes pulsions bestiales à son égard, je l’avais serré contre moi comme si ça avait été la dernière fois. On était rentré à la maison et Papa nous avait expliqué que Maman avait des origines qui nous donnaient des dons. Je n’avais pas tout compris sur le coup mais je m’étais renseigner sur internet par la suite. Angel était hydrokinésiste. Cette nuit-là, on n’avait pas réussi à dormir. Angel m’avait rejoint dans mon lit. Autant vous dire qu’avec mes pulsions primaires de l’époque j’avais passé mon temps à ne pas penser à son corps blottit contre le mien. J’avais plutôt bien réussit, et les nouveautés de la journée étaient encore toutes fraîches dans mon esprit. Je crois que c’est à partir de ce moment-là que mon sentiment d’infériorité à commencer à poindre. Il avait hérité quelque chose de Maman, moi pas. Même si ces dons étaient, en un sens, une malédiction, j’aurais voulu en faire partit. Angel commença à avoir une phobie de l’eau et Papa perdit la motivation pour m’entrainer. Mon frère s’était renfermer sur lui-même et mon père m’ignorait pratiquement. Ils m’avaient abandonnés. Et ça, je ne le supportais pas. Je commençais à ne plus rentré à la maison, découchant même parfois. Je fis des rencontres, pas toujours bonnes, mais j’ai toujours réussis à m’en sortir. Jusqu’au jour de notre anniversaire. C’était au-dessus de mes forces d’y assister. Je décidais donc de faire la tournée des bars, seul, pour fêter ma majorité.

Je n’étais pas rentré avant deux heures du matin. Les lumières étaient encore allumées et je m’étais dit que Papa devait m’attendre pour me sermonner parce que j’avais « fais du mal à Angel ». Ça me donnait envie de vomir. Je poussais la porte de chez moi et la claquais sous la colère. Angel apparu dans l’entrée. Quand on boit, on dit ce qu’on pense n’est-ce pas ? Et bien c’est exactement ce qu’il s’est passé. J’étais soul et je lui ai balancé tout ce que je lui reprochais à la figure. Je crois même l’avoir accusé d’avoir fait exprès de gâcher cette course. Je ne voulais pas dire ce genre de chose mais ça sortait et je ne pouvais plus m’arrêter. Je le blessais, volontairement, et je me blessais encore un peu plus. Il ne disait rien, ne pleurait même pas. J’aurais voulu qu’il pleure. Je me serais peut-être arrêter. Mais non. Je l’avais plaqué violemment contre le mur de l’entrée et je serais son épaule dans ma main droite. Je ne contrôlais pas ce que je faisais et je brulais mon propre frère. Celui que peut être j’aimais plus que quiquonque en ce bas monde. C’est un coup de poing qui me réveilla de ma léthargie. Il hurla de douleur et je sentis mon cœur se briser.

On l’emmena à l’hôpital mais je ne pouvais me pardonner. J’avais tant de temps voulu ce type de pouvoir… et maintenant je blessais mon frère bien aimé avec. Je me détestais. La brulure était imposante sans être grave. Il en garderait surement une cicatrice à vie. A cause de moi. Avant même de rentrer à la maison j’avais décidé de la quitter. Je voulais aller à Olstread, cette ville où l’on pouvait apprendre à contrôler ce pouvoir. Quand on fut rentrés, je n’attendis pas des siècles. Mon sac fut fait pendant qu’il prenait sa douche et le mot, simple, préparer sur mon bagage. « Je suis désolé, ce n’est pas ce que je voulais. Adieu. » Je voulais le fuir pour redevenir moi-même. Pour reprendre mon caractère.

Lorsque j’eus posé un pied à Olstread, je me rendis à l’institut. Ils m’hébergèrent quinze jours et je pris un petit appartement. J’entrais dans le Chaos grâce au fleuriste, Owen. On s’est accroché dans la rue et il me l’a proposé immédiatement. Maintenant j’espère pouvoir recommencer une nouvelle vie… plus calme.

Kendall

Age ▬ 21 ans
Rang personnaliséLIGHT
Avatar ▬ Kagami Taiga • Kuroko no basket
Comment as-tu connu le forum ▬ ahahaha.
Code règlement
Remarque ▬ Blllp
Des images à créditer ▬ Un DA dont j'ai zappé le nom et moi

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Messages : 180
» Date d'inscription : 27/07/2012
» Statut social : Marginal en voie d'insertion.
» Orientation sexuelle : Indéfinie.
» Péché mignon : Le ciel.

MessageSujet: Re: Give me back my heart » Daemon   Ven 31 Aoû - 13:01

... Mon bien aimé Daemon *-*
Comment te dire sans baver un litre que je t'aime, que tu es l'homme de ma vie et que je veux t'épouser ? *HEM* ta fiche est nickel, et que je n'en attendais pas moins de la perfection rougeoyante de mon frère adoré ♥
Alors tu sais quoi frérot ? Je te valide ! ♥

_________________

Beware ♥:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
» Messages : 62
» Date d'inscription : 29/08/2012

MessageSujet: Re: Give me back my heart » Daemon   Ven 31 Aoû - 13:09

Merci petit frère de mon coeur. ♥

_________________
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Give me back my heart » Daemon   

Revenir en haut Aller en bas
 

Give me back my heart » Daemon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» les back lead
» Choix de back lead
» Coleman.. Come back en 2010 ?
» LION HEART, petit fils de Lion King (a été castré en 2009)
» Tirer au back tension en extérieur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Monochrome Night :: Avant de commencer... :: Examen civil. :: Les fiches validées-